Les demi-journées BAS (Besoins, Approfondissement, Suivi)


Les demi-journées BAS (Besoins, Approfondissement, Suivi)

Un des aspects du projet d’établissement du LP2I est la gestion souple du temps scolaire : 16 demi-journées banalisées sont consacrées aux approfondissements, soutiens et remédiations, ainsi qu’au suivi des élèves. Elles portent le nom de "demi-journées BAS" (Besoins, Approfondissement, Suivi). Elles concernent tous les élèves du lycée.

Le suivi

En classe de seconde, chaque semaine, une séance de 50 minutes fixée dans l’emploi du temps de la classe, est consacrée au suivi individuel des élèves.

Dans les classes de premières et de terminales, il s’agit d’une séance toutes les deux semaines.

Autrefois, la séance du suivi était intégrée aux demi-journées BAS, d’où le nom donné à ces demi-journées.

Les activités de Besoin, Approfondissement

Le soutien et l’approfondissement sont des activités scolaires proposées par les enseignants, choisies par les élèves, selon leurs besoins du moment. Les professeurs proposent aux élèves des activités en lien avec leur enseignement, activités auxquelles les élèves s’inscrivent environ 10 jours avant chaque demi-journée.

Les choix des élèves sont guidés par des objectifs qu’ils se sont fixés avec leur professeur (besoins du moment, difficultés dans une discipline, annonce d’une évaluation sommative) ou leur envie d’approfondir tel ou tel aspect dans une discipline.

Enfin, les activités de remédiations complètent ce dispositif. Elles concernent un nombre restreint d’élèves : les élèves en très grosse difficulté et qui ne maîtrisent pas des savoirs, savoirs-faire qu’ils auraient dû acquérir antérieurement, soit disciplinaires (les bases grammaticales dans une langue vivante par exemple) soit plus larges (prendre des notes, construire un raisonnement logique, apprendre à lire un énoncé).

Une concertation nécessaire ...
Pour chaque demi-journée BAS, les propositions d’activités sont faites en concertation disciplinaire. La concertation disciplinaire permet de faire émerger des besoins en termes de soutiens, approfondissements, remédiations dans les différentes classes et les différents niveaux, en fonction par exemple des chapitres étudiés.

Dans chaque équipe disciplinaire, les professeurs font alors des propositions en tenant compte de ces observations, en équilibrant les propositions selon les niveaux (seconde, première, terminale), les filières, les types de BAS et les effectifs souhaités dans chaque activité.

Un public d’élèves bien ciblé...
Certaines activités sont plus demandées que d’autres. Lorsque le « public potentiel » d’une activité est très large, il est souvent prévisible que l’activité sera très fortement demandée par les élèves.

C’est le cas par exemple de certains types d’activités dans des matières générales et qui seraient proposées sur les trois niveaux (seconde, première, terminale) : le public potentiel est alors l’ensemble des lycéens. Si l’activité est « attrayante » aux yeux des élèves, elle risque alors d’attirer un très large public et il devient impossible de gérer correctement les choix des élèves.

Il est donc demandé aux professeurs de veiller à cet aspect afin de ne pas entraver le bon fonctionnement des BAS.

Des objectifs clairs...
Une activité BAS, en général, est en lien avec le programme et les connaissances, méthodes acquises peuvent être réinvesties dans les cours.

Des objectifs précis doivent pouvoir être clairement définis afin que les élèves aient des repères et comprennent l’utilité des BAS.

Un espace de liberté...
Par la nature même du fonctionnement, les élèves ne se retrouvent pas en général devant leurs professeurs habituels et sont « mélangés » avec des élèves d’autres classes ayant choisi la même activité. C’est une des richesses de cette structure. Les BAS sont également le moment idéal pour faire de la bi-disciplinarité.

Ce que les BAS ne sont pas...
Une activité BAS n’est pas :
- un cours déguisé, une correction de devoir, une formative,
- le dernier chapitre du programme à terminer...