Être lycéen en Chine

mardi 3 novembre 2009
par  Karine Chollet

Quelques données sur la vie dans les lycées à partir des propos rapportés par les élèves chinois de seconde de la section internationale.

Les informations données ci-dessous ne sont pas représentatives de l’ensemble des lycées chinois. Elles proviennent d’élèves scolarisés à Shenzhen en Chine dans différentes écoles. Or, rien que dans cette ville, l’organisation des lycées diverge sensiblement d’un établissement à l’autre.

Les établissements sont mixtes dans l’ensemble.

La journée de classe chinoise n’a rien à envier à celle des lycéens français. Les élèves commencent entre 7h45 et 8h30 selon les établissements. La journée se termine à 17h ou même bien plus tard : en effet, plusieurs lycées proposent 2 à 4 heures d’étude obligatoires après les cours et certains élèves ne sortent du lycée qu’à 22h.

Alors que les lycéens français changent le plus souvent de salle dès qu’ils se rendent dans un autre cours, les élèves chinois gardent la même salle toute l’année (à part pour les cours d’EPS) et ce sont les professeurs qui se déplacent d’une salle à l’autre.

Les cours durent entre 40 et 45 minutes et les élèves ont 10 minutes de pause entre chaque cours. L’emploi du temps est quasiment identique d’une journée à l’autre : on retrouve les mêmes matières à la même heure. Les élèves ont droit à une pause entre midi et 14h pour déjeuner dans la salle de classe et faire la sieste.

Les matières sont en partie différentes et peuvent beaucoup varier d’un établissement à l’autre. Sont enseignés généralement le chinois, les mathématiques, l’anglais, l’histoire, la géographie, la musique, la physique, la chimie, la biologie et la politique.

Le travail personnel demandé aux élèves est très important : outre les leçons qui doivent être sues par cœur, de nombreux exercices sont donnés dans chaque matière pour développer des automatismes.

Il y a un examen dans chaque matière tous les mois, noté sur 100 ou sur 150. Quand un examen est rendu, seule figure sur la copie de l’élève sa note. Les erreurs sont biffées d’un trait rouge mais aucun correction n’est proposée en classe ou en dehors. C’est à l’élève d’accomplir seul la correction de son devoir.

Les élèves ne peuvent pas demander la parole en classe. Poser une question à un professeur ou dire que l’on n’a pas compris et demander des explications est très mal vu. Seuls les professeurs ont le droit de donner la parole aux élèves pour les interroger. Ils désignent directement un élève, celui-ci se lève et répond à la question posée. Toute réponse d’un élève est considérée comme une évaluation et se traduit par une note. Le contrôle est permanent.

Le matériel disponible dans une salle de classe chinoise est à peu près identique à celui de la France. Les professeurs utilisent un vidéoprojecteur et un ordinateur mais par contre le tableau noir, la brosse et les craies n’ont pas encore été supplantés par le tableau blanc et les feutres.

Les effectifs par classe sont impressionnants : 40 à 50 élèves en moyenne mais dans certaines écoles, cela peut monter à 80 voire 100. Les moindres établissements comptent en moyenne 3000 élèves et le port de l’uniforme est obligatoire. Les relations amoureuses, les portables et les moindres distinctions d’apparence (bijoux voyants, coiffure considérée comme excentrique) ou le manque de respect envers un professeur peuvent conduire au renvoi définitif d’un élève sans passage devant un conseil de discipline : ce système n’existe pas en Chine.